Alors que le premier smartphone de Google, le Nexus One construit par HTC, n’est jamais apparu chez nos opérateurs, le Nexus S construit par Samsung viens prendre place sous le soleil de la Réunion!

La sortie du modèle est prévu aujourd’hui chez nos amis de SFR, et grâce à eux, j’ai pu avoir en test ce modèle qui m’a longtemps intéressé.

J’en attendait beaucoup de ce modèle, pour être au premier coup d’oeil un peu déçu, avant d’être séduit. Certain réflexe que j’ai avec 2 ans d’utilisation d’android, ce sont retrouvé chamboulé. Pour un test plus en détail, c’est juste en dessous.


Déballage

Premier coup d’oeil (+/)

Ayant un HTC Dream, et un HTC Desire HD, à l’ouverture du paquet je me retrouve avec un smartphone ma foi plus petit que le Desire HD, mais sans être trop petit (4.0″ quand même). Premier hic, pas de touche physique, comme sur le Desire HD, personnellement j’adhère pas, j’aime pas, c’est mes goûts.

Les seuls boutons apparaissant sur le téléphone sont, le bouton du volume, et le bouton power, qui en passant est beaucoup mieux placé et efficace que celui du Desire HD. Au moins celui là, il est facile à trouver, si on prends le Nexus S dans le bon sens :p. En effet, n’ayant pas de bouton sur la façade, il arrive souvent de le prendre à l’envers.

Autre soucis, pour ceux étant déjà habitué à un android, la position des touches n’est plus la même. Mais il est pas rare de voir les positions variés entre les modèles. Un petit temps d’adaptation, et ce n’est plus un problème.

Contenu

Dans la boîte, on retrouve les habituels, écouteurs, chargeurs et câble micro USB. Pas de chargeur sans fil, mais avec une prise USB, les deux sont bien séparés, de plus le câble USB est assez petit, comparé à celui obtenu avec d’autres modèles.

Plastique léger (+/)

Lors de la prise en main, autre surprise, je le voyais plus lourd qu’il ne l’est réellement. 129g en main c’est léger.

La coque arrière en plastique donne une impression de fragilité, le smartphone étant en test, je n’ai pas oser essayer la chute :p.

Je trouve les finitions très réussi, le design est simple et propre, les coins arrondis pour une meilleur prise en main, et l’arrière du bas légèrement sur-élevée y aide beaucoup. Donc même si il donne l’impression de glisser, la prise en main est nickel.

Pas de SD (), mais désimlocké (+)

Ouverture du téléphone pour insérer la carte SIM, encore une surprise, pas de support pour carte SD. Habitué à changer de carte SD entre mon téléphone et PC, là ce n’est pas possible :. En fait, la mémoire SD est intégré au téléphone, on se retrouve avec un espace interne de 1Go et 16Go de mémoire USB.

Une autre suprise, et après un passage sur un forum de SFR. Le Nexus S est vendu désimlocké, très intéressant pour ceux qui n’ont pas fini la duré de leur contrat.

Utilisation

Allumage (+)

A l’allumage, on a le droit à un beau logo Google blanc sur fond noir, viens ensuite l’animation de démarrage des Nexus. Et en moins de temps qu’on ne le crois on se retrouve à configurer son smartphone. Démarrage rapide, beaucoup plus que certain modèle récent (test à l’appui).

Pas de surcouche (+)

Une fois la configuration finie, on se retrouve sur un bureau Android vierge, sans surcouche constructeur ou autre, un vrai bonheur. Je ne supporte pas non plus les surcouches, à mes yeux ça gâche le potentiel d’Android, il serait plus judicieux de mettre ces surcouches optionnelles.

Cette absence de surcouche à un autre avantage, une fluidité accrue. Il devient agréable de se balader sur Android avec une telle fluidité, fluidité que je ne retrouvais pas forcément avec mon Desire HD.

Pas de LED de notification ()

Habitude que j’ai pris, avec mon Dream et Desire HD, c’est la LED de notification, une petite LED qui clignote avec des couleurs différentes en fonction, de l’évènement raté (sms, mail, appel, …). Avec le Nexus S, on oublie, pas de LED, si t’as raté un appel ou autre, obligé d’allumer le téléphone pour le savoir, un petit ennuyeux pour ceux qui y sont habitués.

Mais ce problème de LED, n’est pas unique au Nexus S, d’autre modèle de Samsung l’ont. Et pour pallier à ce soucis, certaines applications dont NoLED, “simule” une LED sur l’écran lors d’une notification.

Ecran (+)

L’écran du Nexus S, utilise la technologie AMOLED. La qualité est très bonne, les couleurs sont nickel, vraiment rien à redire. L’écran tactile supporte jusqu’à 5 points simultanément, plus que de nombreux modèles actuels.

Sur le Nexus S, la gestion du multi-touche est excellent, après un test comparatif avec, le Xperia Arc, et le Desire HD, il en retourne que le Nexus S gère mieux les point, ainsi que le croisement entre eux (2 points passant très près sont géré comme 2 points, sur d’autre modèles on se retrouvé avec un seul desfois).

Bien que le Nexus S s’en sorte très bien avec le multi-touche, j’ai toujours du mal à comprendre comment sur un smartphone on pourrait arriver à utiliser plus de 3 voir 4 doigt (si on est deux).

Appareil photo (+)

Le Nexus a 2 appareils photos, un au dos et un de face. L’appareil au dos qui est accompagné d’un flash, est à 5 méga pixels (2560×1920), ce qui est un peu moins que les hauts de gammes actuels, qui sont à 8 méga pixel. Mais, à mes yeux largement suffisant pour un téléphone.

La caméra frontal est en VGA (640×480). Qualité inférieur à l’appareil dorsal, mais l’utilisation n’est pas la même ( visioconférence par exemple).

L’enregistrement vidéo se fait en 720×480, et encodé en H.264, H.263 MPEG4. La qualité est bonne, plus que suffisante pour une utilisation normal.

Autonomie (+)

Le gros soucis qu’on entend souvent avec Android, est l’autonomie, android étant multitâche, il est facile de vider la batterie, surtout si wifi et 3G sont constamment allumé, ou que l’on joue souvent.

Autre surprise avec le Nexus S, avec une bonne utilisation du téléphone, 3G allumé toute la journée, de longue partie d’Angry birds Rio, fond d’écran animé (Microbes, tout nouveau sur le Nexus S). La batterie a tenu quasiment 2 jours, ce qui est vraiment pas mal, peu de modèle en ferait autant.

Puissance (+)

Le Nexus S est le premier modèle sorti avec Gingerbread (Android 2.3), actuellement il est en version 2.3.3, quelque mise à jour récente de Google ont eu lieu. Il possède un processeur de 1GHz, une puce graphique PowerVR SGX 540 et avec 512 de mémoire RAM. Pour ceux qui sont allergique à la technique, c’est une très bonne machine.

Il a obtenu un score de 1406 à Quadrant, ce qui le place juste au-dessus du Nexus One (avec 2.2 minimum). Il était juste en dessous du Xperia Arc (1413), il n’a vraiment rien à envier aux autres modèles. Les jeux dessus sont très fluide, du vrai bonheur.

Connectivité (+)

Niveau connectivité, on retrouve tous les éléments habituels, Wifi, 3G, edge, Bluetooth, GPS. On a comme prise, une micro USB, qui sert pour l’échange de donnée et le chargement, et une prise jack pour le casque audio. Par contre  aucune présence d’une puce FM pour écouter de la radio.

Le plus du Nexus S est la puce NFC, premier modèle possédant cette technologie, qui malheureusement n’est pas encore présente à la Réunion, donc pas pu tester et voir comment cela fonctionne.

Un week-end avec Luna

Tout le week end dernier, et même un peu plus, j’ai fait tester le nexus S à ma copine, qui possède un HTC Tattoo. Le changement est radical, l’écran est plus grand, sans être trop large ( comme c’est le cas pour le Desire HD ), il tenait parfaitement en main, sans être encombrant.

Elle a plus utilisé l’appareil photo que moi, et a beaucoup apprécié la qualité de ces dernières. Elle a aussi beaucoup apprécié la réactivité du smartphone, de la fluidité des applications, et l’absence de lenteur. L’autonomie aussi a beaucoup été apprécié, la batterie de son Tattoo étant de plus en plus capricieuse.

Elle aussi habitué à la LED de notification, son absence l’a un peu gênée. C’était avant de trouver l’application NoLED.

Etant habitué à la surcouche de HTC (Sense) avec son Tattoo, je ne l’ai pas entendu ce plaindre de son absence, excepté pour le clavier, un week-end n’as pas suffit pour s’y adapter, mais avec la multitude de clavier présent sur le market, ce n’est pas dramatique.

Pour elle, le plus dur dans ce test, a été son retour sur le Tattoo, une fois qu’on a pris l’habitude avec un grand écran, il est difficile de revenir sur un plus petit. Et le fond d’écran animé Microbes doit beaucoup lui manqué.

Le mot de la fin

Comme vous avez pu voir durant tout le test, le Nexus S a beaucoup de point positif, mais aussi quelque point négatif pouvant gêner certain.

L’absence de LED, et de support pour carte SD, sont à mes yeux les deux points noir de ce téléphone. A part ça, il n’y a rien à dire.

Si vous souhaitez passer à Android avec le Nexus S, allez y vous pouvez y aller les yeux fermés. Par contre si vous êtes un gros fan de photos, ce n’est pas le smartphone idéal, appareil à 5MP et pas de support  SD pourrait vous bloquez, allez plutôt acheté un véritable appareil photo.

Pour ceux qui souhaiteraient de changer leur téléphone Android pour un Nexus S, tout dépend de vous, moi personnellement je le prendrai sans hésiter, après un petit temps d’adaptation, il serait nickel.

Enfin, pour les bidouilleurs, il n’y a tout simplement pas mieux. Comme le Nexus One, aucune restriction de la part de Google, cette machine est faites avant tout pour les développeurs et bidouilleurs en tout genre.

Pour finir, le Nexus S est une très bon smartphone, je le conseille sans hésitation, léger, peu encombrant, puissant, que demander de plus à un smartphone.

Je remercie encore SFR, de nous l’avoir laissé en test.

Vous le retrouverez en boutique dès aujourd’hui, à 189 € avec un forfait webphone, ou option Internet / mail illimité (nu à 569€).

Page web du Nexus S. (site d’ou j’ai pris certaines des illustrations de l’article.)